Benjamin Carré, Artiste éclectique

Né à Denver (Colorado, USA) en 1990, Benjamin Carré commence ses études de piano à l’âge de 6 ans, et développe très tôt un forte fibre artistique. Il intègre le Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse en 2003 . Après l’obtention d’un baccalauréat scientifique avec mention, il décroche son prix de piano mention Très Bien à l’unanimité en juin 2009.
Il se perfectionne ensuite auprès de Laurent Molines, ainsi que dans les classes d’accompagnement, d’histoire de la musique, de musique de chambre, d’écriture, et d’analyse, toujours à Toulouse.

En 2011, il est admis en licence d’interprétation au Royal College of Music de Londres dans la classe de Nigel Clayon. Dès lors, il est régulièrement invité en France en qualité de soliste, mais aussi en musique de chambre dans toute la France : Festival Notes d’écume à Port-Leucate, Festival Déodat de Séverac à Villefranche de Lauragais, Festival Musique dans les Vignes à Sainte Cécile (Haut-Vaucluse), Festival « Les théophanies » à Rieux-Minervois, Jeudis de l’auditorium à Carcassonne, Auditorium de Vincennes, Temple du Luxembourg à Paris,…
Il effectue ses débuts à Paris en tant que soliste à la Cité Internationale des Arts, et participe à des créations contemporaines, notamment à l’auditorium Saint-Pierre des Cuisines à Toulouse, pour le Festival Occitania. Il se produit également en Europe, à Londres d’abord, au Steinway Hall, à  St James Piccadilly Church, à la Rosslyn Hill Chapell, et au Britten Theatre du Royal College of Music. Il a aussi joué en soliste au Festival d’Hammamet en Tunisie, ainsi qu’à l’académie de Musique de Cluj-Napoca.

Benjamin Carré remporte, avec sa partenaire soprano Anaïs Constans les premiers prix au Concours International de Marmande en Septembre 2012 ainsi que le Concours de Mélodie Française de Toulouse en 2015. Il a été invité à accompagner les master classes d’interprétation du répertoire français en Chine du directeur de l’opéra du Québec Alain Nonat en Octobre 2012. Parallèlement, il a été programmé au Festival Volcadiva à Chamalières (63), à l’Auditorium du CNSM de Lyon, au festival des moments musicaux du Tarn, Festival des petites Eglises de Bourisp (65)..
Enfin, il est intervenu régulièrement au Centre National d’Artistes Lyriques (CNIPAL), à Marseille, en qualité de Pianiste Accompagnateur.

Benjamin Carré a également remporté le Concours de Musique de Chambre Beethoven, avec le violoniste Francesco Ionascu en mai 2012 et a été finaliste du Concours Lion’s Club en 2013. De plus, il a obtenu le premier prix au Concours International de piano et d’accompagnement de Ville d’Avray 2016.Enfin, il travaille ponctuellement avec Bertrand Chamayou.

A partir de Septembre 2014, il est l’unique élève de nationalité française admis en Master d’interprétation au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, dans la classe de Roger Muraro,  et obtient son diplôme en Juin 2016. De plus, il effectue un master d’accompagnement vocal dans la classe d’Anne Lebozec, avec à la clef une mention très bien à l’unanimité avec les félicitations du Jury en Juin 2017.
Enfin, il suivra le Certificat d’aptitude à la pédagogie, toujours au Conservatoire Supérieur de Musique de Paris, de 2016 à 2021.
Musicien accompli et expérimenté, Benjamin souhaite s’ouvrir à d’autres artistiques pour compléter sa vision artistique globale, ainsi que pour rendre compte de la beauté universelle du monde et de l’Humanité.

Doté d’une vision artistique personnelle et lumineuse, Benjamin est capable de déceler la beauté dans n’importe quelle circonstance, et de vous orienter des affaires attractives, et de goût adéquat !
Sa diversification se réalise à travers des prestations de photographie ou de dessin, pour particuliers, entreprise, ou en évènementiel.

Eternel apprenant, il est inscrit depuis Septembre 2021 à l’école du Louvre et à l’IESA Paris, pour parfaire sa culture et ses connaissances.

Benjamin Carré fut lauréat de la fondation de l’or du Rhin, affiliée à la Fondation de France, et également soutenu par les Fondations Nadia et Lili Boulanger, ainsi que la Fondation Safran.
A 30 ans, il est capable de lire à vue n’importe quelle partition écrite pour piano, choeur, ou réduction d’orchestre.